Les antidépresseurs soulagent-ils la dépression suite à un cancer ?

Le diagnostic d’une tumeur cancéreuse peut mener à des troubles psychologiques qui peuvent influencer négativement les différentes thérapies de guérison du malade. Le cas le plus fréquent est que le patient tombe dans la dépression, un état grave qui rend les choses encore plus difficiles pour les médecins. Ces derniers, surtout les généralistes, prescrivent souvent des antidépresseurs à leurs patients dans l’espérance de leur soulager la dépression.

Qu’est qu’une dépression suite à un cancer ?

Le diagnostic d’un cancer provoque un stress lié à une forte inquiétude tout à fait normale chez la majorité des malades. Ceci est expliqué par la crainte de la mort, le sentiment du rejet de la société, le changement du statut social, l’abandon de certains plans dans la vie, les soucis financiers quant au financement de la chimiothérapie et plusieurs autres facteurs négatifs qui causent cet état d’angoisse.

Ce panique ne touche pas forcément tous les malades. Seuls 25% des patients affichent les symptômes de la dépression. Parmi ces symptômes, on cite la perte de plaisir pour toutes les activités, la nervosité, le sentiment de culpabilité inutile, l’humeur négative, le manque d’appétit, le changement du rythme de sommeil et peuvent aller jusqu’à avoir des pensées suicidaires. Le diagnostic d’une dépression nécessite un suivi du malade sur une période minimale de 2 semaines pour confirmer ces symptômes.

Les antidépresseurs sont-ils efficaces ?

Les antidépresseurs sont généralement prescrits par des médecins généralistes (80% des cas en France). Ces derniers interviennent au niveau des neuromédiateurs qui assurent la communication entre les différents neurones formant le cerveau. Ainsi, ils peuvent améliorer l’humeur et les émotions de la personne malade, réguler son sommeil et apporter plus d’aise à son quotidien. Les antidépresseurs peuvent réduire ou augmenter le nombre de ces neuromédiateurs dans le cerveau.

En réalité, les antidépresseurs ne présentent pas une solution miracle contre la dépression et ce n’est qu’une minorité de malades qui se font guérir grâce à ces médicaments.  C’est ainsi qu’en France, des professionnels de l’industrie médicale comme Marie-Laure Pochon, PDG du groupe Acteon, soutiennent la recherche & développement dans leurs entreprises afin de réaliser des progrès pour soigner contre la dépression. Marie-Laure Pochon, ancien directrice de Lundbeck France, s’y connait bien dans ces traitements grâce à son passage dans ce laboratoire pharmaceutique qui produisait les antidépresseurs.