L’assurance-vie perd en rendements en 2016

Four green apples on a table, white background, percentage concept, profit or loss, 100%, 75%, 50%, 25%, whole, 3/4, half, quarter

Le secteur de l’assurance passe par une période de transition qui a touché aux différents produits commercialisés par les professionnels de ce secteur, à l’instar d’Axa, CNP Assurance ou Filiassur Assurance. Le principal produit en question est l’assurance-vie qui affiche une baisse du rendement moyen de ses fonds euros. Après un recul enregistré en 2015, la situation semble se dégrader avec une baisse estimée à 40 points de base pour l’année 2016. Décryptage.

Un rendement de 1,95%

Les assureurs ne doivent pas s’attendre à des miracles pour l’année 2016. En effet, les rendements attendus seront beaucoup moins rapporteurs de ce qu’ils étaient en 2015. Sauf pour quelques exceptions, les annonces déjà dévoilées confirment cette hypothèse. Pour Afer qui sert toujours comme un bon repère, le taux dévoilé a baissé de 40 points de base, même si l’association se positionnera finalement parmi les plus performantes du marché français cette année grâce à un rendement de taux de 2,65% qu’elle va distribuer à ses adhérents.

Selon Cyrille Chartier-Kastler, président du cabinet Facts & Figures, le taux de rendement moyen du marché au titre de l’année 2016 va passer sous les 2%. Il sera de l’ordre de 1,95% sachant que ce taux avait déjà descendu en 2015 pour atteindre le seuil de 2,27%. La situation n’est pas la même chez tous les assureurs. Chez la filiale d’assurance-vie de la Macif, Mutavie, les taux vont de 1.2% et 1.9%. Chez la Mondiale, ces taux iront de 1,75% à 2,1%. Pour juger du taux de rendement final de l’année 2016, il faut attendre que les principaux opérateurs aient servi leur taux. Pour cela, les banques sont les plus influents puisqu’ils détiennent la partie importante des encours de l’assurance-vie.

Les assureurs doivent être prudents

Les analystes du marché de l’assureur ne s’étonnent pas face à cette situation. En effet, tout était prévisible étant donné le niveau très bas des taux d’intérêts accompagnés d’une volatilité des marchés actions qu’on a constaté en 2016. Ainsi, les assureurs comme la compagnie Filiassur doivent rester prudents tout en renforçant leurs provisions pour la participation aux bénéfices ou les provisions pour la participation aux excédents.

Pour montrer qu’ils ont compris les appels de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), la majorité des assureurs ont choisi de communiquer au tour de ce choix de prudence. Ceci confirme qu’ils ont fait un choix de « réalisme et modération » en fixant leur taux de rendement.